Terre d'Ir est un univers d'aventure et de mystère, de politique et d'intrigue, ou vous, aventurier, évoluer, du petit mercenaire débutant, au grand seigneurs.


    Valandil le Barde

    Partagez
    avatar
    Nayelch

    Messages : 1
    points : 0
    Date d'inscription : 30/05/2018

    Valandil le Barde

    Message par Nayelch le Lun 16 Juil - 19:03

    Présentation de Valandil

     
      Présentation:

       
    • Nom:Faïel



    • Prénom:Valandil



    • Surnom: Tears



    • Age:28



    • Sexe:homme



    • Race: Irien



    • Alignement: Bon


     Caractéristiques:


    • Santé: 5



    • Mana: 10



    • Armure:



    • Classe: Barde (avec un pnj Mage de feu majeur mais partielement pacificte)



    • Arme: Un Luth (trop metal)



    • Monture:



    • Capacité: Sort de Heal (4 mana), Sort de Stun (5 mana), Sort de force (2 mana)



    • Niveau: 1



     Statistique


    • Physique : 20


    • Mental : 120


    • Social :30




     histoire:
    « Bon…. » Commença l’elfe « pour que vous vous joigniez à nous, il faudrait que vous nous parliez d’abord de votre histoire… »
    Valandil se détendit dans son fauteuil et répondit sereinement :
    « Elle est assez longue…et compliqué à comprendre…vous êtes sur de vouloir vous donner cette peine ? »
    L’homme le dévisagea avec un regard mauvais
    Valandil comprit qu’il n’avait pas le choix, et commença  son récit :
    « Je suis né à Laz. Vous ne connaissez certainement pas ce nom car c’est un fort petit village….il n’existe peut-être même plus à l’heure qu’il est. Quand je dis je suis né, c’est vrai, mais je n’étais pas seul. J’avais un frère jumeau. On nous appela Valandil, et Malandil. » Il sourit « oui ! Hehehe…je sais ça fait un peu nain comme noms. » Puis il continua plus sérieusement. «  Nous fument donc très bien élever, et habituer aux travaux manuel pour aider nos parent. Ils étaient boulangers, mais cela ne signifiait pas pour autant leur illettrisme. Au contraire, ils étaient…du moins ils paraissaient très heureux d’avoir eu des jumeaux et avaient pour nous de grandes ambitions. Je me souviens de me mère nous disant « n’oublier pas que c’est votre union qui fait, et fera votre force »….Et elle avait raison ! Nous étions comme les cinq doigts de la main. Nous étudions et travaillons également ensemble. Lors de nos temps libres, nous partions dans la forêt alentour, et nous chassions, grimpions au arbre…on nous allongions simplement dans la prairie » Une larme coula sur la joue de Valandil, et il l’essuya aussitôt, faisant mine de se gratter l’œil. «Et plus tard, nous sommes partis tout les deux étudier et loger dans la petite ville de Dern cher des cousins de nos parents, toujours ensemble.


    Ce fut au sein de cette petite ville fortifié que nous commençâmes à chacun apprécier quelque chose de différent. Quand je préférais aller m’entrainer cher un luthier a joué du violon et du luth, mon frère lui préféra prendre des cours de combat et de magie. Nous avions beaucoup parlé de la differnce de nos vocation, mais au final cela ne nous avez posé aucun problèmes et nous étions resté très unis.
    Je passais donc souvent le voir à ses entrainement et le regardait expérimenter des technique de combats. En le voyant, je m’imaginais un papillon, virevoltants gaiment…et mortelement.
    Quant à moi, je rendais de plus en plus visite à mon maitre de musique, même à la défaveur de mes études. Mon maitre savait jouer, mais également confectionner des instruments. Il avait d’ailleurs crée une sorte de luth assez grand et beau qu’il avait nommé L’Eclair à cause de sa forme ciseler, produisant des sons puissants et brefs, et pouvant également en produire des doux et mélodieux. J’aimais beaucoup joué de cet instrument, et j’espérais pouvoir lui acheter un jour.

    Quelques années passèrent et nous devinrent assez célèbre dans la ville comme le duo Coupebrise. C’était un nom à l’image des habitants de la ville, poétique.

    Un jour ou nous étions tous les deux allers dans une forêt avec un professeur d’alchimie. Celui-ci essayait de nous montrer les fondements anciens de l’alchimie, à la recherche de la lumière. C’est pourquoi il nous avait emmenés dans une forêt dense. Il faisait frai, mais le vent n’était pas à notre faveur.
    Il fallut que nous nous trouvions à deux pas d’un camp d’orc.
    Ils nous attaquèrent par surprise, et nous capturèrent. Mon frère ne put même pas se défendre.
    Je me réveillais dans une cage, à la tombée de la nuit, au milieu du village. Et je vis….Mon frère…les orcs étaient en train de le torturer... Je soufrais tent…je n’arrivais même pas à exprimer cette souffrance. Je m’évanouis, et je fus réveiller par un mage de l’école d’où nous venions qui m'avait sauvé. Il m’expliqua que je m’étais évanoui, mais que j’avais manqué de peu la mort mais sur le moment je ne compris, ni ne chercha à comprendre ses paroles. J’étais totalement bouleversé par les évènements.

    Je fus alors transporter à la pharmacie, et je pus me reposer, et parler à mes parents et certaines autres personnes voulant m’aider. Cela aida beaucoup mon esprit, je réussissais à me contrôler lorsque j’avais des crises. Plus le temps passa, et moins la souffrance qui était resté dans mon âme ne se manifestait. Mon corps lui en décida autrement. Je devins rapidement aveugle d’un œil, ma peau devint blanchâtre, et mes cheveux détinrent aussi noir que la cendre. A force des larmes que je versais chaque nuit, j'avais des traces rouges sous les yeux. Les gens avaient peur pour moi. On aurait dit un mort vivant… et c’est bien ce que j’étais. Un jour, l’un des plus grand sages de l’école de la ville vint me voir et me dit… hum, en bref il me dit que je devais partir car même si cela ne se voyait pas encore mon physique allait continuer de ce dégradé si je ne parvenais pas à trouver la paix dans mon âme. Il me conseilla finalement d’aller voir un ami à lui, bien plus sage et qui pourrait me conseiller.
    Je partis donc sans attendre et atteint le lieu-dit en cinq jours seulement.
    Là-bas, je me rendis  auprès du sage qui logeait chez un noble dans un château. Il me confirma les dires de l’autre. Il me dit qu’il pensait que mon problème était un déni de la mort de mon frère.

    Mais il n’avait jamais eu affaire à une pareille réaction. Il me dit : « je sais que cela te semble difficile, mais en attendant de trouvé la voie qui te fera retrouvé le bon chemin, cela te sera déjà d’une grande aide. »  Il entreprit alors de m’enseigner ce qu’il savait des principes philosophiques de l’alchimie. Une fois qu’il eut terminé il m’expliqua pourquoi il m’avait transmis se savoir et m’envoya chercher un homme. Il vivant non loin d’un village situé au pied d’une montage. Il savait que personne d’autre ne pouvait mieux m’aider que lui, mais que je devais mériter son enseignement. L’alchimie me permettrait selon lui de le mérité, car je serais apte à comprendre les paroles du maitre et a les comparer à ce que je savais. De plus je connaissais un peu l’alchimie pratique, et cela…me faisait penser à l’accident…

    Le lendemain, je quittais donc la ville en quête du lieu que l’autre m’avait indiqué.
    Je finis enfin par trouver le village. Là-bas, les habitants étaient très accueillants et ils m’offrirent un lit et un couvert.
    Je décidais donc sagement d’entreprendre l’ascension de la montagne le lendemain.

    Alors que les oiseaux avaient à peine commencé à chanter pour célébrer le lever du soleil, je me tenais déjà au début du chemin vers la montagne. J’entrepris alors de la gravir. Mais malgré toute ma préparation, je fus très vite emporté par la fatigue, et échouait.
    Avec l’accord du chef du village je décidai donc de m’installer dans une petite grange le temps de ma quête. Les habitants de ce village étaient très aimants et le mal qui me rongeait semblait peu a peu s’estomper. Je décidais alors de m’installer à long terme parmi eux. », Il soupira « Cependant rien n’est éternel.
    Un jour où j’étais allé chercher de l’eau à la source d’une rivière et que je m’étais assis sous un arbre pour jouer, j’entendis une voix :
    « En revenant à la source tu m’a trouvé à ce que j’observe ! » Il y eut un court silence « Il me semble qu’il te manque toujours quelque chose il y a en toi quelque choses de diffèrent des autres…. » Je pensais alors à mon frère, et tous mes souvenirs remontèrent a la surface, j’arrachais les cordes de mon instrument de rage et regardait d’où venait cette voix en criant presque « je ne vois pas de quoi vous parlez ! ».
    Je vis alors un vielle homme portant une longue barbe et une vielle cape grise. Je compris que s’était là le fameux Maitre.
    Celui-ci continua :
    « Ne fait pas l’erreur de croire que le Mal en toi a disparu. Tu es presque prêt. Ait donc l’amabilité de me retrouver en haut de la montagne quand tu en auras le loisir. Mais chaque chose en son temps. Fini d’abord ce pour quoi tu es venu.» je voulus protester, mais je me rendis compte que j’étais tétanisé par la rage. Ma vue devint floue, je pleurais. Silencieusement. Je ne réussis à m’arrêter qu’une minute après le départ du sage.
    Je redescendis alors au village et informait le chef de la nouvelle.


    Je me préparais à gravir une nouvelle fois la montagne avec l’aide des habitants qui jouèrent une musique d’encouragement pour moi lors de mon départ. Je mis uniquement cinq heures a arrivé en haut de la montagne. J’eu cependant beaucoup de mal à y arrivé, mais étonnamment une fois arrivé en haut me forces me réinvestirent comme par miracle.
    Je pris quelques minutes à contempler le magnifique paysage qui s’étendait devant moi à perte de vue.
    Le sage fit alors son apparition et s’adressa à moi :
    «Tu as réussis à me rejoindre à ce que je vois.
    N’est-ce pas ce que tu as toujours voulut ?
    Tu devrais être fier de toi. Et pourtant tu n’as pas l’impression d’être ici à ta place, tu as admiré la vue. D’ici tu as contemplé la splendeur cacher de ce monde que tu trouves pourtant si cruel.
    Tu as si vite abandonné après ton premier échec, tu n’as plus cherché à me trouver malgré ta maladie. Pourquoi donc? »
    Je ne savais que répondre.
    Le sage me parla alors longuement, me parlant de mon frère et du mensonge que j’avais créé autour de sa mort pour effacer ma douleur. Il m’indiqua alors la nécessité pour moi de renoué un lien avec une personne liée à mon frère. De se remémorer des souvenirs de lui malgré la douleur que m’infligeaient ceux-ci.

    J’écoutai attentivement et protestai d’abord. Je me trouvais à ma place dans le village.
    « Tu joues pour oublier ton mensonge et la blessure qu’il est en train de crée en toi. Cela suffit à la plupart des gens. Mais ton mal est bien supérieur à celui des autres hommes. » Il fit une longue pose et s’assis « Sur ce monde, toute chose est deux. Toi et ton frère étier deux, et ne formaient qu’un seul et même être. En résistant à la tentation de tout laisser tomber, tu t’es assécher, tu es devenue l’ombre de ton ferre. C’est la version de toi-même que tu as inventé pour oublier ton frère qui te ronge…. TON mensonge et seulement le tien » Il contempla les nuages « Tu auras beau jouer toute ta vie, seulement, si tu ne fais rien la blessure va s’élargir et tu tomberas dans le trou qu’elle crée en toi. Il faut que tu retournes sur les lieux de sa mort, il faut que tu cherches une personne lié à lui. Il faut que tu … te souviennes ! »
    Je ne répondais pas.
    « Tu ne retrouveras peut être jamais ton ancienne apparence, mais tu peux tout de même vivre heureux. Trouve  toi un amis, un amour, et ….tu as déjà trouvé une activité sublimatoire. Tu devrais aussi pensez à l’alchimie»

    Le sage m’enseigna alors tout ce qu’il savait pour me préparer. Il me prévînt également de faire attention, car en moi plus qu’en n’importe qui d’autre, ce qu’il nommait les forces du bien et du mal étaient très déséquilibrer.

    Finalement, après sept jours passés au sommet de la montagne, le sage me demanda de lui jouer un air. J’obtempérais.
    C’était magnifique, à la limite entre la douceur du chant d’un oiseau et la violence d’un éclair.
    Dans l’aire commencèrent alors à se dessiner deux ombres. L’une lumineuse et l’autre sombre.
    Elles s’entremêlèrent et formèrent un cercle diviser pas un S de chaque coté duquel les deux aura s’était séparés.
    Le sage m’expliqua alors la signification de ce symbole :
    « Comme je te l’avais dit, toi plus que n’importe qui est un être divisé. Tout comme ta musique »
    Alors que nous allions nous quittés, les derniers mots du sage furent : « tu es suffisamment sage pour apprendre le reste seul et pensé par toi-même, va, et n’oublie pas mon enseignement. Mais surtout n’oublie pas ton frère ».
    Je partis donc sur ses sages paroles. Mais n’ayant pas mangé depuis si longtemps je ne m’étant pas rendu compte de ma faiblesse, je m’écroulais sur le chemin du retour.

    Heureusement pour moi, les habitants me sauvaient à nouveau.
    Je pris la route le lendemain. Pendant la soirée, j’avais trouvé une enveloppe faite d’une feuille, il y avait un mot dessus ou était écrit « la richesse est dans la nature… » Et dans cette enveloppe se trouvait un diamant. Je décidais donc de l’offire aux villageois en gage de ma dette envers eux. Mais ils refusèrent me disant que les présents du sage ne s’offraient pas. Ils firent une fête en mon honneur avant mon départ.
    Plus tard…je pus acheter l’éclair grâce à cet argent.

    Je suivit les conseils du sage et rencontrait Ignis, un ancien amis de mon frère, Mage du feu. Je ne vous parlerais pas de lui, il a également une histoire assez sombre et dont je ne connais pas les détails. Il ne sera pas vraiment aventurier mais voyagera toujours avec moi. Vous le rencontrerait surement
    Et maintenant me voici ! » Valandil sourie légèrement a l’elfe.
    « Hum…. » Répondit l’elfe « revenez demain, nous aviserons »


     description mentale:
    Rapport du postulant 4 pour le poste D’aventurier du conseil par Rouventuel :
    Caractère :
    Le postulant Valandil a l’air très agréable, d’apparence très calme, il peut pourtant se révéler très agressif tout en cherchant toujours à se contrôler. Il déteste « perdre le contrôle » pour reprendre son expression, mais cela arrive rarement. Il est très attirer par la gente féminine de ce que j’ai pu observer, ce qui ne semble pas le déranger le moins du monde.

    Pourtant quand il est seul – ou pense l’être – il est plutôt rêveur, et très mal organisé. Il semble être en permanence dans ses pensées et apparait comme maladroit et désorganisé. Il tien apparemment un carnet ou il note des phrases étranges dont je n’ai pas compris le sens réel. Comme « L’art d’être un guerrier est la seule façon d’équilibrer la terreur d’être un homme, par la merveille d’être un homme ».
    Celle-ci était écrite sur la couverture.
    Le reste du temps, il semble très à l’aise dans les relations sociales, et très ….parfait ! Je ne sais pas comment un tel changement s’opère, mais quand il sort de sa solitude, il se met à penser consciencieusement a tout ce qui l’entoure, il ne rate jamais rien, et est très sûr de lui. Dans ses relations, il essaye de faire preuve d’humour et de bonne fois pour se faire apprécier.
    Pourtant, il a peux d’amis car il juge très rapidement et facilement et trois catégories :
    - Bon à rien
    - Intéressant
    - Pareil à lui
    Et donc, j’ai cru remarquer que ses rares vrais amis lui permettent de se comporté de la même façon que lorsqu’il est seul. Ainsi il aimera les observé, les aider et discuter avec eux longuement. Mais il sera très rêveur, et comme je l’aie déjà dit maladroit.
    Enfin, lors des périodes de danger, il me semble qu’il est extrêmement perspicace, mais essayera toujours de trouvé la manière la plus douce de combattre. Pourtant, si cette méthode venait à échoué, il ne montrerait plus aucune pitié.
    Enfin il semble avoir des capacité pratiques en alchimie. Il semble qu’il essaye de lier musique et alchimie. Toute fois je ne l’ai jamais vu combattre.

    Signer ;
    Le ninja du conseil, Rouventuel

    Description:
    Il est assez grand, a un teint pale, les cheuveux noir intense, il porte toujours son luth dans le dos. Il n'a pas de cicatrices visibles a part des marques de combat ou de chutes dans le dos et sur le bras droit, des cicatrices qu'il c'etait faites en s'automutilant.
    Il a toujours une petite dague et des fioles contenant divers metaux alchimiques.
    Son amis Ignis porte toujours un manteau a capuche bleu-gris et ne montre jamais son visage.

    Relation:
    Son seul amis Ignis le suit toujours
    Il a de bonne relation avec le mage qui l'a sauver, mais il l'a perdu de vue et ne sais absolument pas ce qu'il est devenue


    Dernière édition par Nayelch le Jeu 19 Juil - 19:09, édité 4 fois
    avatar
    Karlia Sigurd
    Admin
    Admin

    Messages : 25
    points : 10
    Date d'inscription : 25/05/2018
    Age : 19
    Localisation : je suis l'admin, je suis donc partout et nul part à la fois...

    Re: Valandil le Barde

    Message par Karlia Sigurd le Lun 16 Juil - 20:20

    C'est presque parfait, Il manque vraiment une description physique plus complète... je sais que c'est chiant, mais dans ton histoire tu ne décris pas vraiment... Sinon l'autre gros problème c'est les fautes, relis toi, il y à quelques fautes, pas non plus beaucoup, mais surtout des fautes de frappes, inattention, et il manque quelques mots ^^
    avatar
    Karlia Sigurd
    Admin
    Admin

    Messages : 25
    points : 10
    Date d'inscription : 25/05/2018
    Age : 19
    Localisation : je suis l'admin, je suis donc partout et nul part à la fois...

    Re: Valandil le Barde

    Message par Karlia Sigurd le Jeu 19 Juil - 19:24

    J'ai plus qu'une chose à dire puisque je ferme les yeux sur les dernières petites fautes, on en fais tous, donc voila :

    VALIDE !

    Contenu sponsorisé

    Re: Valandil le Barde

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 11 Déc - 21:37